Mon parcours avec l’acné

par | Mar 24, 2021 | Confiance en soi, Soins naturels | 0 commentaires

Alors aujourd’hui, j’ai envie de te parler plus en détail de mon parcours avec l’acné. Je te parlerai de quand ça a commencé, des probables causes de mon acné, de tout mon parcours finalement avec l’acné et si tu m’as suivi un petit peu sur les réseaux sociaux tu sais que l’acné c’est notamment ce qui m’a amené à la naturopathie.

Alors aujourd’hui, j’ai envie de te parler plus en détail de mon parcours avec l’acné. Je te parlerai de quand ça a commencé, des probables causes de mon acné, de tout mon parcours finalement avec l’acné et si tu m’as suivi un petit peu sur les réseaux sociaux tu sais que l’acné c’est notamment ce qui m’a amené à la naturopathie.

C’est ce qui m’a amené à essayer de trouver les causes de cette maladie et à corriger directement la cause, ce qui est le principe de la naturopathie. 

Cet article est issu d’un épisode de podcast, tu peux le retrouver juste ici :

Si tu préfères lire, voici la retranscription de l’épidose :

Quand tout a commencé

Pour resituer les choses, j’ai commencé à avoir une acné kystique avec des microkystes très douloureux, des boutons plutôt rouges que des petits boutons blancs quand j’avais à peu près 17-18 ans, donc un finalement en fin d’adolescence on va dire et à cette époque-là j’essayais de le cacher notamment avec du maquillage, je n’avais aucune connaissance de ce qui pouvait me causer de l’acné et puis les peu de dermato ou médecin que j’ai pu voir à l’époque me disaient que de toute façon c’est normal vous avez 18 ans, vous êtes une jeune femme, c’est les hormones, c’est l’adolescence etc, ça va passer.

Donc c’est vrai qu’à cette époque-là (même si je le vivais super mal) je ne me suis pas du tout posé de questions sur comment faire pour l’améliorer, pour changer les choses.

Pour moi on ne pouvait même pas y faire quoi que ce soit vu que tout le monde me disait « c’est l’adolescence, t’es un peu obligée de passer par là. » Je n’avais aucune connaissance sur cette maladie parce que c’est une maladie, qui a de nombreuses causes, mais voilà je ne savais pas du tout qu’on pouvait faire quelque chose et surtout comment le faire.

Alors je cherchais à cacher cette acné notamment avec des fonds de teint, du maquillage, etc. Et je le vivais mal par rapport aux réflexions des autres. Mon ex-copain pouvait me faire des réflexions quand je me démaquillais, il pouvait me dire « ah tu as encore touché tes boutons ! » Non en fait je me suis juste démaquillée et du coup ouais j’ai le visage tout rouge inflammé mais c’est ma peau telle qu’elle est donc voilà.
Et ça on en fera peut-être aussi un autre podcast sur le regard des autres parce que moi c’est ce qui a été assez compliqué, notamment avec de l’acné sur le visage c’est quand même quelque chose qui se voit beaucoup. Quand on est adolescent encore ça peut passer parce que la plupart des gens se disent que c’est normal, c’est comme ça, tous les adolescents de l’acné, on peut rien y faire.

Mon voyage en Australie et mon acné qui a empiré

Et puis au fur à mesure du temps j’ai grandi et mon acné n’est pas du tout partie. Quand j’avais 21 ans, je suis partie vivre en Australie pendant un an, j’ai fait une année sabbatique pendant laquelle j’étais fille au pair dans une famille. Je ne faisais pas forcément attention à mon alimentation; dans la famille dans laquelle j’étais en Australie ils mangeaient quand même de manière très américanisé, pour vous dire pour le soir de Noël on a mangé un fast food j’étais ravie #ironie
Je n’ai jamais aimé les fast food mais les restaurants en Australie sont très très cher et pour le coup le McDo avec mes amis c’était le seul truc que je pouvais me payer alors c’était un peu la facilité.

Et tout ça finalement a fait empirer mon acné parce que évidemment aujourd’hui en tant que naturopathe on fait fortement le lien entre l’alimentation et l’acné. Mais à cette époque-là je ne le savais pas du tout.

Attention, en Australie il n’y a pas qu’une mauvaise alimentation, déjà à l’époque ils étaient beaucoup plus ouvert que nous. Il y a beaucoup de restaurants vegan, sans gluten etc, donc c’était déjà beaucoup plus démocratisé (et ça c’était en 2014) que ce qu’on avait en France.

Mais voilà ça dépendait clairement des familles et moi je pense que j’étais dans une famille plutôt de type américaine, qui préférait les fast-food et les sodas plutôt que au sport sur la plage et au sans gluten et au vegan.

Mon arrivée dans le monde professionnel et le manque de légitimité

Quand je suis rentré d’Australie, c’est le moment où je devais chercher une école de commerce pour entamer mon master, je devais aussi trouver une entreprise puisque je voulais faire ce master en alternance donc on se positionne un petit peu comme professionnel et c’est là où ça a commencé vraiment à me déranger car quand je suis rentrée j’avais beaucoup plus d’acné que quand je suis partie finalement.

Donc c’est vrai qu’à 22 ans déjà le regard des gens est différent, parce que à 22 ans on n’est plus un adolescent, on n’est plus censé avoir d’acné et du coup les gens se disent mais pourquoi t’as encore de l’acné etc. Donc j’ai pris beaucoup de rendez-vous chez des dermatos. Les dermatos m’ont encore dit on peut rien faire, c’est l’adolescence, ça va passer, sinon je peux vous proposer roaccutane mais à part ça il n’y a aucune solution et franchement je me sentais pas du tout du tout de prendre roaccutane vu tous les effets que ça a, mais bref c’est un autre sujet.

A la recherche de la cause de mon acné

Je ne voulais donc pas prendre roaccutane, je voulais trouver d’autres solutions que je ne connaissais pas encore à l’époque. Petit à petit j’ai commencé à me renseigner. Donc c’est le moment déjà où j’ai commencé à changer tous mes cosmétiques.

D’un coup je suis passée aux cosmétiques naturels, fait maison, bio, des huiles végétales, des huiles essentielles, des produits très très simple, plutôt efficace et naturel; et finalement déjà en quelques mois j’ai vu des vrais effets sur mon acné. 

Déjà j’avais une peau très sensible et finalement les produits que j’utilisais pour peau grasse ou peau acnéique ne faisait qu’irriter ma peau. J’ai toujours eu une peau très sensible et donc peau sensible et acné en général ça ne fait pas bon ménage; on trouve rarement des produits de grande distribution, qui sont adaptés à la fois aux peaux sensibles et à une peau acnéique.

Déjà le fait de changer toute ma routine cosmétique ça a été une vraie aide, ensuite je suis parti à Aix-en-Provence pour faire mon master. Je travaillais en entreprise en alternance et donc là encore une fois, mon acné me dérangeait beaucoup puisque j’étais dans une entreprise très franco-française. Je ne me sentais pas forcément à ma place, je ne me sentais pas crédible, pas légitime. C’était un milieu très masculin avec beaucoup d’hommes d’un certain âge 10-20-30 ans d’expérience etc. Et donc je ne me sentais pas crédible et le fait d’être une petite jeune de 22-23 ans avec de l’acné, clairement moi ça me peinait beaucoup, je me sentais super mal et je me sentais pas suffisamment professionnelle.

Donc j’ai commencé à changer mon alimentation, j’ai limité les produits laitiers parce que finalement je me suis rendu compte aussi que j’étais certainement intolérante au lactose (je ne le digérais pas très bien). Donc j’ai limité les produits laitiers, j’ai limité la viande, les produits transformés etc, je me suis mis de plus en plus à la cuisine, de cuisiner moi-même.

J’ai mis en place une bonne hygiène de vie avec des cosmétiques sains et naturels et puis une bonne alimentation qui me convient. 

Franchement ça allait de mieux en mieux quand j’étais à Aix-en-Provence, à la fin je n’avais quasiment plus d’acné, je me sentais plutôt bien dans ma peau au bout d’un an je dirai sur mes 2 années là-bas, franchement ça allait très bien, ma peau était dans un bon état et du coup je me suis dit ça y est mon adolescence est enfin finie, youpiie !

Ma vie à Paris et le retour en force de mon acné

Après tout ça, je suis repartie en voyage pendant quelques mois et suite à ça j’ai trouvé un job à Paris. Et là, mon acné a recommencé mais bien pire que ce que j’avais pu avoir avant. Et donc là je ne me l’expliquais pas trop parce que j’avais une hygiène de vie vraiment top. Je ne consommais quasiment jamais de produits laitiers, j’avais encore peut être des intolérances etc, donc j’ai vu des naturopathes, des thérapeutes Ayurvédique, j’ai fait du coup un régime sans gluten pendant presque un an.

Honnêtement, au début le régime sans gluten a énormément aidé ma peau, franchement je le voyais tout de suite, je ne consommais plus de gluten et au bout de 5 jours je n’avais plus de boutons. Et dès que j’en reprenais c’était parti j’avais des boutons donc là je me suis dit mais vraiment c’est ça, incroyable, c’est vraiment le gluten qui me pose problème !

Et puis au bout d’un certain moment les effets positifs que j’avais pu voir du sans gluten n’étaient plus aussi flagrant. Et il faut dire aussi que à Paris peut être que mon hygiène alimentaire était correct, mais en soi mon hygiène de vie elle n’était pas top, j’étais dans un job qui ne me plaisait pas, j’étais hyper stressée, j’allais au travail le matin avec la boule au ventre, j’étais dans le tram et je me retenais de ne pas pleurer pour aller au travail, je me disais bon allez encore une journée ça va le faire… Je ne voyais pas le soleil de la journé, enfin c’était vraiment pas la vie qui me plaisait, contrairement à la vie que j’ai pu avoir à Aix-en-Provence ou clairement je quittais le boulot à 5h, je pouvais aller à la mer, le weekend on allait dans les calanques faire des randonnées, des pique-niques, on allait se baigner; vraiment c’est totalement le genre de vie qui me correspondait et qui me correspond toujours.

A Paris je ne me sentais vraiment pas à ma place, tout cet environnement ne me correspondait pas du tout. Et finalement je pense que tout ça aussi ça a été une grande cause de mon acné parce que clairement je n’en avais pas du tout autant quand j’étais à Aix-en-Provence.

Le retour à une vie moins stressante et la diminution de mon acné

Et finalement avec le covid j’ai décidé il y a presque un an maintenant de quitter Paris, de rendre mon appart et de retourner en Normandie donc en pleine campagne, à travailler de la maison, à pouvoir profiter du soleil, de l’air frais, de sortir; puisque clairement quand j’étais à Paris, je quittais mon appart, je rentrais dans le tram, je sortais du tram, je rentrais dans mon building, je sortais de mon building, je reprenais le tram, je rentrais chez moi.

A Paris, je ne prenais pas du tout l’air puis c’était l’air pollué de la région parisienne et tout ça m’impactait énormément sur le moral et donc j’ai décidée de rentrer chez mes parents. J’ai quand même continué à essayer d’avoir une hygiène alimentaire correcte néanmoins, mes parents ne mangent pas du tout comme moi donc j’essaye de trouver un juste milieu qui peut me correspondre et de leur faire tester de nouvelles recettes. Mais déjà je suis dans un cadre qui n’est plus du tout stressant, au quotidien je ne suis plus stressée, le midi vous pouvez le voir sur Instagram j’essaie durant ma pause déjeuner d’aller me balader, d’aller prendre l’air, faire le plein de vitamines D, respirer en bord de Seine, profiter d’un petit village, c’est beaucoup moins anxiogène ici qu’à Paris.

Et finalement maintenant je mange du gluten quasiment tous les jours, tous les 2 jours et j’ai quand même beaucoup moins d’acné que ce que j’ai pu avoir avant.

Alors, je fais quand même attention au gluten que je vais manger, je vais manger du pain au levain de la boulangerie, je ne vais pas manger de pâtes de blé, je ne vais pas manger de pâte à pizza (sauf exception quand je mange des pizzas, ce qui arrive mais on ne va plus trop en pizzeria en ce moment).

Donc clairement je mange du gluten, mais je choisis tout de même du gluten de bonne qualité. Je privilégie les flocons d’avoine, le pain au levain etc, et je privilégie quand même au maximum les céréales sans gluten dans mon alimentation au quotidien, que ce soit le sarrasin, la polenta, les semoules de maïs, les pâtes de légumineuses (ça c’est quelque chose que j’aime beaucoup).

Donc clairement mon alimentation a changé, mais je pense aussi que c’est tout le climat beaucoup moins stressant et anxiogène qui a été hyper bénéfique pour moi. 

Au début où je suis arrivée, j’ai posté une photo sur Instagram qui remonte je crois à l’été dernier, sur laquelle je me montrais donc sans filtre, sans maquillage etc. Ma peau n’avait plus du tout de microkystes, donc déjà c’était une grande victoire parce que les microkystes c’est hyper douloureux. Moi c’était vraiment une catastrophe; je n’avais jamais fait de soins du visage à l’époque parce que c’était impossible de me toucher le visage, des fois même sans faire exprès moi je me touchais le front sur lequel j’avais un microkyste qui ne se voyait pas forcément, ça me faisait une petite tache rouge mais qui était tellement douloureux que je pouvais en avoir les larmes aux yeux. Et donc c’était vraiment très délicat même pour moi de me toucher la peau parce que j’avais super mal.

Je n’avais plus de microkystes, plus de douleurs donc c’était déjà une grande victoire parce que c’est vraiment un inconfort au quotidien parce que finalement les microkystes ça fait une toute légère boursouflure rouge, une tâche rouge donc finalement on peut assez facilement le cacher avec du maquillage mais c’est hyper douloureux, c’est vraiment l’horreur. Donc là je n’avais plus de microkystes, après j’ai eu des cicatrices d’acné pendant quand même un certain temps, en plus c’était l’été donc le soleil ça renforce les cicatrices; mais déjà franchement un an après je suis déjà beaucoup mieux dans ma peau, je me montre aussi toujours sur Instagram sans filtre, sans maquillage et tout ça m’a aussi permis de m’accepter et d’accepter ma peau telle qu’elle est, parce que malheureusement sur les réseaux sociaux et avec les filtres qu’on peut avoir, tout le monde utilise des filtres aujourd’hui et eles filtres clairement ce n’est pas du tout ce à quoi on ressemble, ça nous fait une peau lisse, une peau photoshopé, des fois ça nous déforme le nez, le menton etc; donc c’est pas du tout nous et finalement au départ, quand j’ai commencé à enlever les filtres, le maquillage et tout ça bah en fait je ne me reconnaissais. Je ne me reconnaissais pas pas maquillée et bah je me suis dit mais non mais ce n’est pas possible, on ne peut pas en arriver à ce point-là de se dire que je ne suis pas belle au naturel ou que je ne me reconnais pas au naturel alors que c’est comme ça qu’on est.

Il y a tout un travail également sur soi à faire d’acceptation, d’accompagnement, de changement etc. ça prend du temps, c’est aussi ce vers quoi j’accompagne mes clientes en accompagnement en naturopathie. J’accompagne les femmes qui souffrent de complexes physiques (ça peut être un problème de poids, un problème de peau etc), pour bien sûr trouver la cause du mal-être, de la maladie pour la corriger, mais bien sûr il y a tout un travail aussi d’acceptation à mettre en place et ça ça prend un petit peu de temps.

Identifier la ou les causes de mon acné

Mais néanmoins aujourd’hui, je n’ai pas non plus identifié la cause à 100% de mon acné même si j’ai une grande idée que c’est le stress, parce que j’avais beaucoup de troubles digestifs à l’époque et donc je pensais que j’avais une acné digestive puisque toutes les pilules contraceptives n’ont jamais rien fait pour mon acné.

Moi j’ai toujours eu une acné au niveau du front et non une acné au niveau des mâchoires, ce qui est plutôt un signe normalement d’acné hormonale. Donc déjà, quand les pilules contraceptives n’ont aucun effet sur l’acné, qu’on n’a pas du tout d’acné sur les mâchoires et qu’on a des gros troubles digestifs; déjà il y a un petit warning pour dire que l’acné est plutôt d’origine digestive.

Mais finalement je me suis rendu compte qu’avec mon déménagement en Normandie, qu’un changement de cadre de vie et peut être d’alimentation, je n’ai plus aucun trouble digestif. Chose que j’avais beaucoup à l’époque, quasiment tous les jours j’étais pas bien dans mon ventre et donc pour moi c’est un lien de cause à effet. Mais je pense qu’au final si je n’étais pas bien dans mon ventre c’était aussi par rapport au stress parce que le midi je mangeais au travail, je mangeais vite parce que je ne voulais jamais être la dernière et qu’on m’attende, on parlait pendant qu’on mangeait donc je ne prenais pas le temps de savourer ce que je mangeais, on parlait boulot pendant que je mangeais, pendant que je mangeais je pouvais recevoir des message qui me disaient « j’ai besoin de telle info, j’ai besoin que tu remontes à tel étage parce que j’ai besoin de toi en réunion » et donc je peux me dépêchais de finir de manger. 

Finalement je ne prenais jamais le temps de savourer mes repas, de faire une vraie pause et finalement même quand j’allais manger le midi ou prendre mon goûter et bien j’avais la boule au ventre et du coup forcément bah derrière j’avais des troubles digestifs.

Aujourd’hui j’ai beaucoup beaucoup amélioré mon état de stress, mon état émotionnel grâce au déménagement mais grâce a plein d’autres exercices que je partage aussi avec mes clientes, que ce soit de la sophrologie, de la méditation etc; tout ça je le partage avec mes clientes en accompagnement pour vraiment avoir une approche totalement holistique, globale. Et grâce à tout ça mis en place, j’arrive aujourd’hui à me sentir beaucoup mieux dans ma peau, j’ai toujours parfois de l’acné, des boutons; mais j’arrive à identifier pourquoi (en période de règles, quand je vais sur Paris, le port du masque).

Ma mission c’est vraiment d’accompagner les femmes à avoir plus de connaissances sur ce qui se passe dans leur corps et les impacts que peut avoir leur hygiène de vie, pour après faire des choix en pleine conscience et si tu fais le choix de partager un bon repas en famille et d’avoir un bouton le lendemain (si c’est ce que ça te fait) et bah c’est ok, c’est ton choix et tu l’acceptes beaucoup plus facilement quand c’est un choix que tu as fait de manière consciente et quand tu connais les liens de cause à effet et c’est vraiment aussi ce sur quoi j’accompagne mes clientes; à mieux se connaître et à mieux comprendre tout ce qui peut impacter notre vie, notre santé, notre moral; parce que je pense que quand on est conscient de ça, c’est beaucoup plus facile en fait de les vivre et de les accepter. C’est beaucoup plus facile d’aller au-delà pour des problèmes de peau, pour des problèmes de poids, les gens ne sont pas forcément tendres dans leurs discours et pour eux ils pensent que c’est facile, que perdre du poids ou enlever de l’acné bah ça se fait en un claquement de doigts et que c’est juste qu’on n’est pas volontaire, qu’on n’a pas fait d’efforts.

Donc voilà mon expérience avec l’acné. Comme tu l’as vu finalement au cours de cet épisode, il peut y avoir plein de causes à une acné et l’acné se présente sous différentes formes.

À très vite.

Chloé

Partager

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Hello, je suis Chloé

Naturopathe passionnée, je t’aide à retrouver l’harmonie physique & émotionnelle, grâce à des routines bien-être et plaisir.

Le plus populaire